La Voix du Nord du 26/07/2009
« Mémoire de Maisnil et d'Harigny »

Remonter dans le passé de Vieux-Mesnil et d'Hargnies

vdn


Maisnil pour Vieux-Mesnil, Harigny pour Hargnies : les anciens noms de ces deux communes ont servi de support à la dénomination d'une association intercommunale nouvellement créée qui s'est fixée pour objectif de se pencher sur l'histoire de ces deux villages.


L'aqueduc qui amenait l'eau de Floursies à Bavay, le couvent d'Hargnies. le château de Vieux-Mesnil. le passé de Vieux-Mesnil et d'Hargnies pendant les deux guerres mondiales, la mémoire des anciens les membres de « Mémoire de Maisnil et d'Harigny » ont du pain sur la planche. Constituée le 2 juillet en mairie d'Hargnies. l'association intercommunale s'est donnée pour but de fouiller dans les strates du passé des deux communes selon l'énumération citée plus haut
Le premier sujet constitue à lui seul un vaste domaine de recherches Construit entre 69 et 96 après JC, long de vingt et un kilomètres, l'ouvrage permettait d'alimenter en eau potable Bagacum, qui ne s'appelait pas encore Bavay, à partir de la fontaine Saint-Eloi de Floursies. Il en subsiste des traces notamment à Dourlers, connues sous le nom de « mur des Sarrazins », à Saint-Rémy du Nord et à Vieux-Mesnil. dans le sentier dit du Laydui pour cette dernière commune, sous la forme de restes de piliers qui supportaient les tournelles, des ouvrages de maçonnerie réalisés en arc de cercle. Dominic Henry, de Vieux-Mesnil, souhaiterait mettre en valeur ces vestiges connus de tous puisqu inscrits au plan local d'urbanisme de la commune. Mais il semble qu'on soit là dans un contexte local qui a à voir avec les dernières élections municipales
Au millimètre près
Passionnant objet d'étude que cet acqueduc qui affichait un débit de 730 m3/heure. Si l'on se réfère à un ouvrage publié en 1955 par René Jolin. membre de la commission historique du Nord, lequel faisait référence aux travaux menés en 1731 par un certain Claude Masse, ingénieur, lui même puisant ses renseignements dans des observations relevées en 1648 et 1655, ils étaient loin d'être fous ces Romains. On apprend ainsi qu'entre Floursies et Saint-Rémy-du-Nord. la pente moyenne d'écoulement avait été calculée au millimètre et affichait une moyenne de 2,8 %o. Entre Vieux-Mesnil et Bavay, elle avait été descendue à 2,6 %o du fait de la faible différence d'altitude entre ces deux villages : 152 mètres pour Vieux-Mesnil. 150 pour Bavay, soit deux mètres de marge de manoeuvre. Et le guidage laser qui restait à inventer... ¦ J.-M. B
Le bureau : D. Henry, président A. Frémy. vice-président F. Hoez, secrétaire, C. Wasse, trésorière