8.      Hameaux - Ecarts - Lieux-dits

           

 

            MANISSART

 

            MANISSART est cité dans un acte de 1189 du cartulaire de l’Abbaye d’HAUTMONT, sous le nom de MAINGERSART et dans un autre de 1265 sous celui de MANIESART.
Il possédait encore au XVII° siècle, un corps municipal avec Mayeur et échevins.
L’abbé d’HAUTMONT en était, dans les derniers siècles, le seigneur foncier.

 

            LES MARLIERES

            LES MARLIERES sont citées dans un acte de septembre 1570 et avaient pour seigneur Josse SAVREU, lieutenant-prévôt de BAVAI.

            Le sceau de ce seigneur portait : « en rondeur, un griffon rampant tenant par la patte ung cordon auquel se pendroit ung petit escusson auquel seroit gravet une clef droite et à deux costés d’icelle, en haut, deux glants pendant et ung troisième glan en dessoubz laditte clef et alenthour escript en lettres romaines : S. eschevinal de la seigneurie des Marlières ».
Ce fief comprenait une maison et ses dépendances, les bois HOYAUX, du MESNIL et Robert GALANT.
Cette appellation des Marlières a aujourd’hui disparu au profit des trois dénominations qui la composaient précédemment.

 

            LES ECROLIES

            Cette cense était un fief lige qui comprenait 8 bonniers et demi de bois (Bois Galant), maison, grange, étable, assises sur 4 rasières et demi. Elle appartenait en 1773 à DE LATTRE, seigneur de FEIGNIES, elle fut ensuite vendue à LOUIS-JOSEPH VAUTIER, maître de forges à MAUBEUGE.

            Ce hameau relie MANISSART à un autre hameau : le TRIE ou TRIEU AUDIN.
(TRIE, TRIES et TRIEUX sont des synonymes de secteur en friche)

            On explique l'appellation "Ecrolies" à l'existence du verbe "écroler qui signifie écrouler" ainsi, lorsque les charrois empruntaient cette voie, les rebords des traces laissées dans la chaussée s'écroulaient tant le matériau était friable. A noter qu'existait une sablière située au bas de la rue des Ecrolies qui ne peut que confirmer cette explication.

            AUTRES LIEUX-DITS

D’autres lieux-dits sont employés par nos agriculteurs pour localiser diverses parties du territoire communal : La fache des QUERSONNIERES, les QUARANTE, le dessus de TOUS VENTS, TOUS VENTS, La fache des PETITS CHAMPS, La fache du BOSQUET MADAME, LE GRAND CHAMP, La fache des BONNIERS, La fache de la DUY, La fache de D’HINNART, La fache des pâtures PAYENCE, La fache des TRENTE et La fache d’HOISIES.